DESIGN ET POLITIQUES PUBLIQUES : LE DESIGN AU CŒUR DE LA POLIS

ednala
Présentation de l’ouvrage « Design de service public en collectivité locale, le passage à l’acte
 » (La Documentation française, 2014) qui revient sur la démarche de design de services menée par le Département de Loire-Atlantique. Un retour d’expériences d’une centaine de pages qui ouvre de nombreuses opportunités pour les organisations publiques.

Collectivité pionnière en matière d’innovation, le Département de Loire-Atlantique s’est doté dès 2011 d’un organe d’analyse sur les différentes dynamiques à l’œuvre (démographiques, économiques, sociales) en créant une direction dédiée à la prospective. Sous l’impulsion du nouveau Président du Conseil Général, Philippe Grosvalet, cette démarche s’est très rapidement traduite par la constitution d’un partenariat entre la collectivité locale et l’Ecole de design Nantes Atlantique.

Une démarche progressive introduite par l’open data

Comment intègre-t-on une démarche design dans une collectivité ? Souvent cantonné à un rôle esthétique, le design paraît bien éloigné des préoccupations de la sphère politique. Dès les premières pages, Michel Michenko, Président de l’École de design Nantes Atlantique attribue au design une toute autre ambition  : « les designers doivent repenser le rôle des politiques publiques, repenser le monde à partir de l’action locale, projeter un futur meilleur à partir des situations de proximité ».

Pour le Département Loire Atlantique, tout commence avec l’Open Data en 2006. L’objectif est de sensibiliser l’ensemble des acteurs institutionnels et les habitants à la richesse potentielle de l’Open Data, en explorant différents champs d’action de la collectivité locale : tourisme, pistes cyclables, sécurité routière, collèges, participation citoyenne.

opendatalaExtrait du slideshare Cap Com- Open Data Retour d'expérience du Département de Loire-Atlantique

Dans ce cadre, le projet “Territoires Connectés”, en partenariat avec l’École de design de Nantes Atlantique voit le jour en 2011. Pendant trois ans, une dizaine étudiants en design d’interactivité, information design et réalité virtuelle travaillent sur des thématiques choisies en utilisant les méthodologies du design – veille et recherche de positionnement, proposition de concepts puis développement. Le programme organise également des ateliers de créativité et d’échange entre les étudiants et les agents de la collectivité, afin de co-construire des prototypes de services.

Au final, deux des projets imaginés en atelier sont développés. Le premier est une application mobile destinée aux abonnés du réseau de cars interurbains Lila. Le second porte sur la maîtrise énergétique du patrimoine immobilier de la collectivité et a même pu entrer en phase opérationnelle fin 2014.

Inoculer le design dans la collectivité : le design embarqué

Au cours de ces trois années, les agents du Département découvrent les outils du design de services et l’accueil est globalement positif. Il en va ainsi de Jean-Philippe Lefèvre, Responsable de la mission développement de l’administration électronique : « La méthodologie très rôdée des techniques de créativité et de design a été une vraie découverte. Les personae, la journey map, la méthodologie C-K enrichissent désormais mon vocabulaire et ma vision de la méthode du design ».

Encouragé par les premiers retours positifs du programme « Territoires Connectés », le Département décide d’accueillir une designer de service, Caroline Kermarrec, en apprentissage pendant deux ans.  À son arrivée, elle travaille sur des projets préalablement sélectionnés par le service. Si cet élément a facilité « l’explication de (sa) présence auprès de (ses) collègues », elle explique qu’elle doit encore aujourd’hui souvent se justifier auprès d’agents plutôt perplexes quant à son rôle au sein de l’administration. « (…) je me retrouve quelque peu désarçonnée quand j’explique à un agent que je suis designer et qu’il me répond : « et sinon, c’est quoi votre vrai poste ? » ».

photo_caroline_kermarrecCaroline Kermarrec, Designer du Département Loire Atlantique

Malgré ces difficultés, elle peut compter sur plusieurs facteurs positifs pour faire avancer les choses : un soutien fort du directeur général des services et de la communication interne, mais aussi l’enthousiasme de certains agents qui sont devenus de véritables « ambassadeurs », au fil de la démarche.

La nécessité de clarifier le rôle de chaque acteur

Finalement, comme le rappelle Benoît Ferrandon, du Département de Loire-Atlantique la question majeure qui sous-tend ce guide a trait à la difficile combinaison entre l’exigence « de rapidité et d’efficacité de la conception créative des politiques publiques, et l’inévitable lourdeur d’un processus impliquant l’ensemble des parties prenantes. »

Afin d’atténuer ce conflit, il est intéressant de noter que les auteurs du guide ont d’abord tenu à clarifier le rôle de chaque acteur. On repère ainsi les co-constructeurs, composés d’ usagers actuels ou potentiels, d’agents et de partenaires externes, notamment designers. Participent aussi le groupe projet, les élus et, bien entendu, la direction générale des services. Le rôle de l’équipe design est précisé à chaque étape de la démarche.

Outre ces pistes d’action, un certain nombre de conseils formulés par les auteurs sont à retenir. « L’aspect le plus marquant est certainement l’importance et le temps consacré à la médiation et à la pédagogie autour des projets, pour acquérir une légitimité et fédérer les acteurs potentiels » explique Julie de Brito Ventura, Chef de projets Innovation et marketing publics au Conseil général de Loire-Atlantique qui se définit elle-même comme une « forme de passeur entre deux cultures ».

L’aventure continue

En s’inscrivant dans le sillage du Mind Lab au Danemark, de la 27e Région, du Département du Val d’Oise ou encore de la ville de Saint-Etienne, le Département de Loire-Atlantique prouve à nouveau qu’il est possible de mettre en place des dispositifs d’innovation au sein des organisations publiques. Aujourd’hui, l’aventure continue. Malgré les difficultés que peut rencontrer une telle approche dans une culture aussi différente que celle des administrations publiques, force est de constater qu’une véritable dynamique a été enclenchée. Franck Périnet, Directeur Général des services du Département de Loire-Atlantique, l’a bien compris: « le design des politiques publiques apparaît comme un catalyseur de la créativité de notre administration pour améliorer le service à l’usager ». Dans un contexte de recherche d’économie et d’innovation dans les collectivités, son développement dans les prochaines années à venir ouvre des perspectives intéressantes.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s