ÊTRE INNOVANT, OUI ! MAIS COMMENT ?

Le slogan du I-Lab, laboratoire des "nouvelles idées" d'Air Liquid

Atelier et slogan du I-Lab, laboratoire des “nouvelles idées” d’Air Liquide

Aujourd’hui, l’innovation au sein des entreprises n’est plus l’apanage du département Recherche & Développement. De plus en plus, elle tend à devenir l’affaire de tous, du moins dans les discours. La concurrence des startups et des acteurs spécialisés dans les nouvelles technologies oblige une plus large diffusion de la culture de l’innovation au sein des entreprises, du cadre dirigeant à l’opérateur. Les évolutions rapides des consommateurs nécessitent également une plus forte proximité avec les marchés. Pour les grands groupes, généralement structurés de façon verticale, un tel changement organisationnel et normatif n’est pas simple.

Pour répondre à cet enjeu d’innovation permanente, certaines entreprises adaptent à leur environnement certaines méthodes plus souples utilisées par les startups et autres acteurs de l’entrepreneuriat. L’intrapreneur, figure hybride de collaborateur à l’esprit d’entrepreneur au sein des grands groupes, est par exemple de plus en plus valorisé. Toutefois, l’innovation est par définition un processus long et imprévisible, fait d’aléas et d’éléments fortuits. A ce titre, le design thinking et sa méthodologie basée sur des procédés créatifs, agiles et itératifs constitue une source d’inspiration importante pour les entreprises. Loin d’être une recette magique, ces procédés proposent une forme innovante de management de projets. Voici un tour d’horizon de ces pratiques riches d’apprentissage.

Faire confiance au terrain

Permettre à une invention de devenir une innovation, c’est-à-dire d’être adoptée et généralisée à large échelle, nécessite d’abord d’apporter une grande attention à la réalité des utilisateurs ciblés. Pour garantir le succès d’un dispositif innovant, il est en effet indispensable de connaître l’utilisateur, son comportement, ses habitudes, ses attentes (non formulées) et de mesurer les facteurs humains favorables à son adoption. Malheureusement, les grandes entreprises exploitent souvent peu l’impressionnante manne d’informations dont elles disposent avec leurs collaborateurs travaillant au contact des utilisateurs. Quelques dispositifs mis en place par des entreprises vont néanmoins dans ce sens, tels que la plateforme d’échange d’idées entre collaborateurs IdClic créée par Orange. « L’ob­jectif était d’offrir une tribune à tous les salariés, quel­s que soient leur métier ou leur position hiérarchique, pour exprimer leurs idées » explique Stéphane Richard, PDG d’Orange[1]. Suite à cette collecte d’idées, un audit est effectué en interne et de façon volontaire par un réseau de 5 500 collaborateurs. Les meilleures propositions sont ensuite développées et poussées jusqu’à leurs mises en œuvre. Aujourd’hui, le bilan est positif : depuis 2007, 1/3 des collaborateurs ont déposé une idée (soit environ 122 000 propositions déposées), et 10% ont été déployées générant ainsi plusieurs centaines de millions d’économies qui n’auraient pu être occasionnées autrement. Ce dispositif a également imaginé un système de feedbacks pour ne pas décourager les collaborateurs n’ayant pas vu leur idée retenue.

IdClic, la plateforme de collaboration interne de Orange

Permettre de « penser à côté » 

Qu’elle soit incrémentale ou disruptive, toute innovation suppose de sortir du cadre pour parvenir à élaborer autrement un produit ou un dispositif. Certaines entreprises sont même allées jusqu’à institutionnaliser cette approche, à l’instar de l’exemple bien connu de Google qui laisse ses collaborateurs consacrer 20% de leur temps de travail à des « projets personnels ». Souvent, ce mode d’organisation des temps de travail va de pair avec la mise en place d’espaces spécifiques et accessibles favorisant la créativité (environnement différent et convivial, tableau blanc, grandes tables …). Alcatel Lucent avec la création en 2014 du Garage sur son site de Nozay s’inscrit dans cette tendance, ou encore la banque néerlandaise ABN-AMRO avec sa « Dialogue House » créée pour permettre à ses collaborateurs et à des entrepreneurs externes d’échanger et de se nourrir mutuellement.

Un autre dispositif en vogue aujourd’hui montre l’importance pour les entreprises d’être nourries d’idées à la marge de leurs schèmes de pensée habituels : l’opensource. Ces dernières années, on observe en effet la multiplication des concours d’idées et hackathons (SNCF, VINCI, EDF, BBVA…). Loin d’exclure les collaborateurs internes, ces évènements sont souvent pensés pour stimuler la créativité des salariés en les faisant participer et collaborer avec des personnes externes. Ainsi, la banque espagnole BBVA organise depuis 2013 le « Innova Challenge ». Pour Teppo Paavola, Directeur Général du New Digital Business de BBVA, le « Innova Challenge MX montre qu’il existe des personnes talentueuses pour nous aider à découvrir le potentiel d’exploitation de nos données et développer de nouveaux services digitaux »[2]. Durant 6 semaines, BBVA invite les internautes à créer des applications originales, avec pour seule contrainte d’exploiter un large échantillon de données de paiement (anonymisées) fourni par la banque. Des grandes thématiques (grand public / entreprises) sont également données par BBVA afin de donner a minima une ligne directrice aux participants. Des sommes d’argent sont ensuite allouées aux gagnants. Les résultats de cette initiative se révèlent très satisfaisants pour l’entreprise, avec un taux de participation très important et le déploiement de certaines idées qui sont désormais en ligne et utilisables. La diversité des applications et services web imaginée témoigne des grandes potentialités de ces initiatives en opensource. Par exemple, sous la forme d’une application et d’un service web, Qkly permet de déterminer les heures pointe d’une multitude de lieux (cafés, restaurants, musées, boutiques…) afin de planifier un itinéraire de visite limitant les risques de longues attentes pour les particuliers. Autre idée récompensée dans la catégorie « entreprises » : Chances, une application qui permet aux entrepreneurs d’évaluer les chances de réussite de leur projet, en fonction du secteur d’activité, de la localisation, de la saisonnalité et du type de clientèle visés.

chances

L’application Chances, lauréate du concours Innovation Challenge organisé par BBVA

« Fail fast… to succeed sooner »

Avant de lancer un nouveau concept, tester ! Le prototypage rapide, inspiré du design industriel et du mouvement des makers constitue un atout de taille pour atténuer le caractère risqué que comporte toute innovation. Toutefois, ces modes de concrétisation « quick and dirty » supposent d’abandonner la quête de la perfection et de se concentrer sur la confrontation au réel de nos idées. Surtout, c’est le droit à l’erreur et à l’apprentissage par l’échec qui doit être diffusé pour permettre à cette approche de se développer dans une entreprise. L’erreur est intrinsèquement liée à l’innovation, elle permet par élimination d’aboutir à une meilleure réponse, optimisée, mais aussi d’aller vers des solutions moins attendues. L’ajustement progressif d’un concept permet également de réduire le risque d’échec et de rassurer les grands groupes.

Aujourd’hui, certaines entreprises ont bien compris l’opportunité de ces méthodes de réalisation et de test rapide en mettant en place des laboratoires, comme Air Liquide avec l’I-Lab, ou encore Renault avec son Fab Lab interne. Chez Alcatel-Lucent, un laboratoire d’entreprise baptisé « Le Garage » a été ouvert à l’été 2014 afin de relancer l’approche expérimentale au sein de la communauté d’ingénieurs du groupe. « On ne prototypait plus, explique Pierre Turkiewicz, l’un des co-fondateurs du Garage. Le moindre projet doit suivre un plan de production, réfléchir à sa rentabilité avant même sa conception, répondre à un cahier des charges et des délais incompatibles avec une innovation spontanée, que nous pensons nécessaires à ALU (ndlr : Alcatel Lucent) »[3]. Depuis sa création, Le Garage invite les collaborateurs à des évènements de différents formats : coffee garage pour tester des nouvelles technologies, workshops (sur le montage d’une imprimante 3D par exemple), team-buildings et période en accès libre. L’heure du déjeuner est la plus prisée des participants qui viennent « bidouiller » des pièces de lave-vaisselle imprimées en 3D ou encore avancer sur un projet de génération d’énergie avec la chaleur d’un ordinateur pour alimenter une connexion wifi par onde lumineuse. Un projet de développement de drones capables de looping présente aujourd’hui une utilité concrète pour le groupe qui pourrait utiliser ce drone pour faire une démonstration de la fiabilité de son nouvel émetteur 4G miniature.

Le Garage, Alcatel-Lucent

Bertrand Marquet et Pierre Turkiewicz, co-fondateurs du Garage d’ Alcatel-Lucent, à Nozay (91) Sources : Makery

Valoriser son idée

Toute bonne idée n’est rien sans une présentation solide et attractive. Nombreux sont les concepts innovants qui n’ont pas pu trouver des financements faute d’avoir fourni des preuves de retour sur investissement assez importantes. Outre les aspects techniques et financiers qui sont incontournables pour démontrer la valeur d’un nouveau concept, la manière même de présenter son idée est déterminante. Apprendre à « pitcher » son idée et à utiliser les ressorts du storytelling confère à son discours une force de persuasion bien plus forte. De plus en plus, les entreprises permettent à des collaborateurs innovants de bénéficier du coaching d’experts en innovation pour affiner leur projet et le mettre en valeur. Des évènements peuvent également être mis en place et constituer des moments de stimulation très forte pour les collaborateurs d’une entreprise. Les Oxylane Innovation Awards, organisés chaque par Decathlon depuis 2005, sont couronnés à chaque fois par une soirée de présentation et de sélection des gagnants. Sur le mode des conférences TEDX (vidéos, elevator speech), chaque marque du groupe vient présenter son innovation de l’année. Cet évènement est suivi en direct par un public au Zénith de Lille mais également par les internautes. Outre le dispositif global élaboré pour favoriser l’éclosion d’innovations, cet évènement est un puissant vecteur de motivation pour les collaborateurs. Comme l’explique Vincent Ventenat, Directeur de l’Innovation chez Decathlon, les « Innovation Awards sont à la fois une possibilité de mettre en avant les produits / services qui sont issus de ces démarches complexes mais aussi un évènement interne qui représente une immense fierté pour nos équipes. (…) Cela leur donne énormément d’énergie. » Les efforts déployés sont payants : chaque année, Decathlon enregistre en moyenne 40 dépôts de brevets et 65% du chiffre d’affaires est réalisé grâce aux innovations maison. De beaux résultats qui font réfléchir sur l’importance de diffuser en profondeur l’esprit d’innovation au sein des grandes entreprises.

Oxylane Innovation Awards

Les Oxylane Innovation Awards de Decathlon. Source : Decathlon

[1] Interview de Stéphane Richard, « Nos salariés ont 20 000 idées par an », Capital, 01-04-2014, http://www.capital.fr/carriere-management/interviews/nos-salaries-ont-20.000-idees-par-an-920838 [2] http://www.bbva.com, « Developers from 36 coutries are working with BBVA data in Innova Challenge MX », 08-12-2014 [3] Quentin Chevrier , « Au Garage d’Alcatel-Lucent, on bidouille à la pause déj », Makery, 28-12-2014, http://www.makery.info/2014/10/28/au-garage-dalcatel-lucent-on-bidouille-a-la-pause-dej/

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s